Autres chroniques

No Respect - 1989


All Those Strangers - 1991

Move On It - 1993

In from out of nowhere (Davy Vain) - 2000

On the line - 2005

In from out of nowhere (Davy Vain) - 2000 réédit 2006

 In From Out Of Nowhere - 2000 - Album réédit 2006
 1. Push me over
 2. Fly again
 3. Yellow
 4. Electric
 5. Come on now
 6. New York
 7. Sugar Shack
 8. Trinity
 9. In from out of nowhere
 10. Not your space man
 11. Capsule


Il est plus facile de suivre un musicien se lançant dans une carrière solo lorsque celui-ci avait donné son propre nom au groupe qui l’a vu accéder à une certaine notoriété. Car, le groupe VAIN s’était brillamment fait remarquer à la fin des années 80’s et avait même gagné un certain statut culte en raison d’une difficulté évidente à trouver leur album « No respect ». Une réédition salvatrice a gommé cette rareté et il s’agit également ici d’une sortie d’un album initialement paru en 2000.
Sa voix immédiatement reconnaissable jouera le trait d’union entre Vain le groupe et Vain le chanteur solo. Ce ne sera pas le seul point de raccord mais … pas loin !
Autre époque, autre style, les quelques années écoulées transformeront le Hard-Us option Sleaze en un style plus personnel, évolution classique car presque symptomatique des chanteurs prenant leur indépendance.
L’accent n’est plus mis sur ce Hard-Sleaze donc, mais sur des ambiances plus soft, mélancoliques qui, si elles étaient déjà perceptibles en filigrane dans Vain le groupe, habitent la majorité des titres de « In from out of nowhere ».
En clair, seuls les fans de cette voix si caractéristique seront assurés d’adhérer à des horizons musicaux pas hard pour un sou et les autres devront s’assurer avant un éventuel achat, de ne pas dépenser leur argent sur la simple base du nom de Davy.
Les guitares sont rarement saturées, très souvent gorgées de Wah-Wah pour optimiser les velléités de groove, parfois « exotique », affichées par Vain.
L’album démarre fort avec ce « Push over » qui a été choisi fort justement. Ensuite, les morceaux s’enchaîneront de façon homogène avec les critères précédemment cités et franchement, rendent bien hommage à la voix de Davy.
La facette sombre pourra faire penser à celles que l’on retrouve dans l’album de Kik Tracee, l’énergie en moins. Le ton se corse un peu sur « Sugar shack » notamment en raison du son de guitare plus « crunch ».
Cette mélancolie souvent présente renvoie presque à des influences Cold-Wave et son fleuron le plus connu ; The Cure. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un copié/collé, le background Hard de Davy s’infiltre également aux détours de certaines sonorités, mais je serais surpris si le groupe de Robert Smith ne figurait pas dans sa cédéthèque personnelle. Je pense principalement à la fin de l’album avec des titres comme « Trinity », « Not your space man » ou le morceau-titre.
La première écoute déstabilisera sûrement mais les suivantes peuvent révéler des attraits et des morceaux d’ « ambiance » qui peuvent plaire surtout à ceux appréciant les œuvres tristounes de temps à autre. Si vous êtes de ceux-là, la qualité évidente des compositions associée à une voix toujours à part feront de cet album une évolution intéressante de Vain, le groupe.
Frank B. - 17.10.2006
Musiciens: Davy Vain (Vocals)/ Jamie Scott (Guitars)/ Craig Behrhorst (Guitars)/ Ashley Mitchell (Bass)/ Louie Senor (Drums)
Label: Locomotive Music